QVR anges CMS

MERCI À NOS « ANGES » DU CMS

En cette édition pré-10e « spécial COVID-19 », Québec ville en rose souhaite souligner le travail remarquable des professionnels de la santé qui œuvrent au Centre des maladies du sein (CMS) du CHU de Québec-Université Laval. Découvrez les portraits des « Anges » du CMS, ces gens formidables sans qui le parcours des patientes – et des patients car, oui, des hommes sont également atteints de cancer du sein – ne serait autant empreint de douceur, d’empathie, d’humanité.

Christine Desbiens

Années de pratique : 21 ans


Années de travail au CMS :
21 ans


Tâches principales : «
D’abord et avant tout, je suis impliquée dans le traitement chirurgical pour le cancer et la prévention du cancer du sein. J’ai également, dans de nombreux cas, suivi les patientes pour le traitement de chimiothérapie en traitement de prévention et en progression.»


Quelles différences croyez-vous faire ou faites-vous auprès des patients?

« Je travaille avec une équipe multidisciplinaire qui nous permet d’être au meilleur de nous-mêmes et d’offrir ce qu’il y a de mieux pour nos patientes. Je veux que mes soins soient humains et professionnels afin de rendre l’épreuve la moins difficile possible. »


En vous projetant dans 5 ans, quels changements ou quelles améliorations aimeriez-vous voir se concrétiser au CMS?
« Acquérir un appareil de radiologie mobile pour nos salles opératoires. Créer des vidéos professionnelles pour aider les patientes à travers tout leur parcours dans notre centre. Obtenir un registraire pour mettre à jour nos banques de données. Améliorer nos écrans d’ordinateur dans les bureaux pour mieux voir les détails des mammographies. »

Liette Martel


Années de pratique
: 14 ans


Années de travail au CMS :
14 ans


Tâches principales :
Soutenir les personnes touchées par le cancer du sein et leurs proches. Faire connaître le cancer du sein, ses traitements, la trajectoire, les services disponibles et les stratégies aidantes pour faire face à cette expérience de vie. Évaluer les besoins de la clientèle oncologique et coordonner certains services.


En quoi le mouvement Québec ville en rose a-t-il changé vos pratiques?

« Les fonds récoltés jusqu’à maintenant ont permis l’achat de matériel, l’ajout de professionnels et l’impression de documents qui améliorent la qualité de vie de notre clientèle. Les fonds permettent aussi d’offrir des traitements moins invasifs et de meilleurs services. »


En vous projetant dans 5 ans, quels changements ou quelles améliorations aimeriez-vous voir se concrétiser au CMS?
« Le CMS projette à court et à moyen terme d’améliorer son site Web afin qu’il réponde vraiment aux besoins de sa clientèle. Il tente également d’améliorer les services ambulatoires pour diminuer les visites à l’urgence. »

Dominique LeBlanc

Années de pratique : 3 ans


Années de travail au CMS :
3 ans


Tâches principales :
Traiter les patientes pour leur cancer du sein par la chirurgie et/ou la chimiothérapie. Assurer le suivi des patientes, les soutenir dans leur parcours et optimiser leur qualité de vie. Offrir des traitements innovants pour le cancer du sein.


Quelles différences croyez-vous faire ou faites-vous auprès des patients?

« J’ose espérer que j’offre un réconfort aux patientes dans leur parcours éprouvant de la maladie. J’essaie toujours de traiter la personne qui est devant moi et non une maladie, donc de m’adapter à la réalité de chaque patiente. Je ne peux leur promettre de miracles, mais je peux tout faire en mon possible pour les guérir de leur maladie et les soigner. »


En vous projetant dans 5 ans, quels changements ou quelles améliorations aimeriez-vous voir se concrétiser au CMS?
« J’aimerais que nous puissions acquérir un appareil électrocautère pour permettre des interventions chirurgicales mineures. Je souhaite également que nos patientes et leur famille aient un meilleur accès aux ressources psychosociales. Enfin, je crois qu’il faut continuer de développer la recherche pour avoir accès à plus de médicaments prolongeant la survie. »

Valerie Theberge
Années de pratique
: 10 ans


Années de travail au CMS :
10 ans


Tâches principales :
« Je suis radio-oncologue surspécialisée en cancer du sein, chercheuse associée au Centre de recherche du CHU de Québec et professeure de clinique à la Faculté de médecine de l’Université Laval. Je suis donc impliquée en clinique et en recherche au CMS. Je suis également impliquée en recherche sur le cancer du sein au niveau canadien, et ce dans plusieurs études par l’entremise du Canadien Clinical Trials Group (CCTG). »


Quels sont vos principaux défis quotidiens?

« De nouveaux défis sont apparus avec l’arrivée de la pandémie de COVID-19. En oncologie, le contact humain est primordial. La nécessité de transformer les visites en personne en visites téléphoniques nous a poussés à nous adapter. Les patientes sont très compréhensives, mais nous devons constamment réévaluer notre manière de faire pour nous assurer d’une prise en charge et d’un suivi oncologique maximal malgré la situation. »

« Au-delà de la pandémie, les autres défis sont de toujours offrir le meilleur traitement aux patientes tout en leur permettant de conserver la meilleure qualité de vie. Nous pouvons y arriver par la synergie entre les professionnels du CMS. De plus, notre implication dans de nombreux protocoles de recherche, dans des comités autant locaux, provinciaux que canadiens, ainsi que notre participation dans divers congrès, nous permettent d’innover et de continuellement nous améliorer. »


En vous projetant dans 5 ans, quels changements ou quelles améliorations aimeriez-vous voir se concrétiser au CMS?
« En radiothérapie, dans le futur, j’espère pouvoir offrir aux patientes des traitements encore plus personnalisés selon les caractéristiques spécifiques de la maladie et un nombre de traitements diminué pour un même résultat oncologique. J’aimerais poursuivre le développement technologie et offrir de nouvelles techniques. »

Nathalie Carmichael
Années de pratique
: 30 ans


Années de travail au CMS :
18 ans


Tâches principales :
Accompagner et coordonner les traitements des patientes inscrites sur les protocoles de recherche.


Quelles différences croyez-vous faire ou faites-vous auprès des patient(e)s?

« Je crois qu’on leur apporte beaucoup de réconfort. De plus, elles sont bien encadrées dans les protocoles et elles l’apprécient beaucoup. »


Quels sont vos principaux défis quotidiens?
« D’appliquer les protocoles de recherche dans la nouvelle réalité. »

Sharon Dugré
Années de pratique
: 11 ans


Années de travail au CMS :
4 ans


Tâches principales :
« J’offre des services d’évaluation, d’intervention et de sexothérapie individuelle ou de couple afin d’aider la personne atteinte d’un cancer du sein et son/sa partenaire à s’adapter aux conséquences de la maladie et ses traitements sur la sexualité et l’intimité. Je travaille en étroite collaboration avec les autres membres de l’équipe interdisciplinaire. Je peux également jouer un rôle dans des projets de recherche, l’enseignement, la supervision et la formation continue. »


Quelles différences croyez-vous faire ou faites-vous auprès des patient(e)s?

« Je crois qu’il est aussi important d’aborder la question de la sexualité et de l’intimité que de parler de douleur, de nausée, de fatigue, de perte de cheveux, d’anxiété, de dépression ou de tout autre changement physique ou émotionnel que subissent les patientes à cause du cancer du sein et de ses traitements. La sexualité et le besoin d’intimité font partie de la vie. Il est donc important de renseigner les patientes sur les conséquences que peuvent avoir les traitements sur leur qualité de vie sexuelle, et de leur demander si cette question les préoccupe. En onze ans de pratique, je n’ai pas rencontré une seule femme qui ne s’est pas sentie soulagée que j’aborde la question. »


Quels sont vos principaux défis quotidiens?
« Après un diagnostic de cancer du sein, des changements s’opèrent dans le corps de la femme. Une des choses importantes est d’aider celle-ci à se sentir plus à l’aise avec les changements que son corps a subis et qui ont une incidence sur sa relation à soi, mais aussi avec les autres, plus particulièrement avec son/sa partenaire. Pour sa part, le/la partenaire doit comprendre que l’apparence de la personne qu’il aime a changé et qu’il/elle doit s’adapter à la situation. Si les deux partenaires arrivent à s’adapter ensemble, ils peuvent trouver des moyens de mieux communiquer et ainsi, de mieux vivre leur intimité. »

Brigitte Poirier
Années de pratique
: 15 ans


Années de travail au CMS :
15 ans


Tâches principales : «
Une grande partie de mes tâches cliniques m’amène à traiter des patients avec des cancers du sein, soit en traitement adjuvant ou métastatique. Comme nous sommes dans un milieu universitaire, mes tâches sont aussi académiques. Nous devons notamment former des résidents en clinique. Il y a aussi une implication en recherche. »

 

Quelles différences croyez-vous faire ou faites-vous auprès des patient(e)s?
«
La patiente est au cœur de ma pratique. Je cherche à offrir le mieux pour elle en identifiant les meilleures thérapies. »

 

Quel est votre lien personnel avec la Fondation du CHU de Québec?
« Je fais partie du comité organisateur de Québec ville en rose. »

 

En vous projetant dans 5 ans, quels changements ou quelles améliorations aimeriez-vous voir se concrétiser au CMS?
« J’aimerais qu’il y ait une amélioration de l’accès à l’information grâce à des capsules numériques. »

Martine Lemay


Années de pratique
: 9 ans


Années de travail au CMS :
9 ans


Tâches principales :
Enseigner aux patient(e)s et à leur famille. Soutenir la/le patient(e) et sa famille. Coordonner les rendez-vous et traitements. Gérer les effets secondaires (traitement anti-hormonal et chimiothérapie). Évaluer les besoins des patient(e)s afin de détecter des problèmes et des complications.

 

Quelles différences croyez-vous faire ou faites-vous auprès des patient(e)s?
« Comme infirmière-pivot, je suis une personne-ressource stable à qui la/le patient(e) peut faire appel lorsqu’elle ou il vit une situation plus difficile. J’accompagne également la/le patient(e) dans une période très difficile de sa vie. »


Quels sont vos principaux défis quotidiens?
Le temps nous manque, alors que nous voulons répondre rapidement à nos patient(e)s. Nous manquons de personnel.

 

En quoi le mouvement Québec ville en rose a-t-il changé vos pratiques?
« Québec ville en rose permet de récolter de l’argent pour le Centre des maladies du sein, par exemple dans le but d’acquérir de nouveaux équipements à la fine pointe de la technologie. Le mouvement a également permis d’embaucher des professionnels tels qu’une kinésiologue, qui est très appréciée de nos patient(e)s. »

Aller en haut